Médecin Digital

Comment le numérique peut-il venir en aide à la santé publique ?

Afin de pouvoir perdurer, le système de santé publique français actuel a besoin d’être transformé, modernisé et repensé. Et si le numérique avait un rôle important à jouer dans le sauvetage du modèle « à la française » ?

De la nécessité de numériser les données de santé personnelles

Très en retard en matière de dématérialisation des données de santé personnelles, la France aurait tout à gagner à offrir aux patients un point d’accès unique à toutes les informations liées à leur santé. Très attendu lors de sa mise en place, le projet de Dossier Médical Personnel (DMP) n’a pourtant pas été mené à son terme, alors qu’une centralisation des données faciliterait la prise en charge et éviterait la surmédication.

Simplifier le quotidien du médecin et des patients

La numérisation est également synonyme de réduction des lourdeurs administratives pour le praticien et augmentation du temps réellement passé avec le patient. Ce dernier a tout à gagner à pouvoir accéder plus facilement et de manière sécurisée à un espace de santé dématérialisé concentrant notamment ses ordonnances et ses analyses.

Plus globalement, la numérisation améliore le fonctionnement des structures de santé, du cabinet du médecin généraliste aux urgences : disposer d’informations vitales sur un patient permettrait aux équipes d’agir en conséquence. Une façon de sauver des vies, mais aussi de gagner du temps et donc de limiter les dépenses publiques.

Ne pas craindre le Big Data et moderniser le système de santé actuel

Alors que l’assurance maladie française possède la plus grande base de données de santé au monde, elle ne l’exploite pas à des fins statistiques. Pourtant, le système d’anonymisation des données du SNIIRAM (système national d’information interrégimes de l’Assurance Maladie) garantit un traitement des données de santé des patients tout en conservant l’anonymat le plus total.

Le recours au Big Data représente un allié de poids pour le système de santé publique français. Il permet notamment d’utiliser l’analyse prédictive des risques par zones géographiques, âges ou catégories professionnelles afin de privilégier une médecine préventive. Une manière efficace d’établir des profils types, de suivre plus facilement les patients à risque et de les prendre en charge plus tôt.

Commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *